Injection Botox

Pourquoi les injection du Botox ?

Les rides apparaissent notamment en raison de la contraction régulière de certains muscles du visage, par exemple lorsque on rit ou que l’on parle.
Avec le vieillissement, la peau perd de son élasticité et son hydratation diminue. Avec le temps, les lignes et ridules liées à la mimique se transforment ainsi en rides permanentes. Celles-ci sont souvent associées aux soucis, aux contrariétés, à l’anxiété et à la fatigue, et sont donc ressenties comme gênantes.

La toxine botulique est une substance active (protéine naturelle obtenue à partir d’une bactérie) qui permet d’atténuer nettement les rides sans intervention chirurgicale. Grâce à son effet thérapeutique, cette protéine est utilisée en médecine depuis de nombreuses années sous le nom de Botox

Le Botox agit au niveau des liaisons neuromusculaires. Il interrompt de manière temporaire la transmission de l’influx nerveux aux muscles et calme ainsi les mouvements musculaires, ce qui atténue nettement les rides. L’effet de lissage s’installe dès la première semaine après le traitement et se maintient pendant cinq à six mois. Ensuite, les liaisons neuromusculaires se rétablissent et les muscles traités se réactivent.

Le Botox est injecté avec précision par le médecin, au moyen d’une aiguille fine, dans les zones musculaires impliquées. Immédiatement après, le (la) patient(e) peut reprendre ses activités habituelles. Le traitement peut être répété lorsque l’effet s’atténue. Les injections ne devraient cependant pas être répétées plus souvent que tous les 3 mois.

Effets secondaires et contre-indications

La toxine botulique est utilisée à des fins médicales depuis plus de 20 ans dans le monde entier, et a été utilisé pour la première fois il y a 14 ans à des fins thérapeutiques.

Le Botox a, par conséquent, fait la preuve de son efficacité et de sa tolérance. Tous les traitements médicaux peuvent cependant provoquer des effets secondaires.

Dans le cas du Botox, d’éventuels effets indésirables peuvent être liés à la substance elle-même, à la technique d’injection. L’affaiblissement musculaire est un des éléments désirés du traitement antirides. Mais l’effet de la substance peut parfois s’étendre à des zones qu’on ne souhaite pas traiter et provoquer une faiblesse musculaire non désirée (au niveau des paupières par exemple).

D’autres effets secondaires passagers ont également pu être observés dans 1 à 10% des cas (maux de tête, rougeur ou œdème au site d’injection, vertiges, nausées, etc).