Augmentation mammaire

Définition de l’augmentation mammaire

L’hypoplasie mammaire est définie par un volume de seins insuffisamment développés par rapport à la morphologie de la patiente. Elle peut exister d’emblée (seins petits depuis la puberté) ou apparaître secondairement, à la suite d’un amaigrissement important ou d’une grossesse suivie d’allaitement. Elle peut être isolée ou associée à une ptose, c’est-à-dire un affaissement de la glande et une distension de la peau

Objectifs de la pose des implants

Une plastie mammaire d’augmentation consiste à corriger le volume jugé insuffisant des seins par la mise en place d’implants (prothèses)

Principes d’agrandissement de poitrine

Tous les implants mammaires actuellement utilisés sont composés d’une enveloppe, et d’un produit de remplissage. L’enveloppe est toujours constituée de silicone élastique (élastomère de silicone). Elle peut être lisse ou rugueuse (texturée). En ce qui concerne le produit de remplissage : le gel de silicone. L’implant est dit pré-rempli lorsque le produit de remplissage a été incorporé en usine (gel de silicone). La gamme des différents volumes est donc fixée par le fabricant.

Avant l’intervention

Tous les implants mammaires actuellement utilisés sont composés d’une enveloppe, et d’un produit de remplissage. L’enveloppe est toujours constituée de silicone élastique (élastomère de silicone). Elle peut être lisse ou rugueuse (texturée). En ce qui concerne le produit de remplissage : le gel de silicone . L’implant est dit pré-rempli lorsque le produit de remplissage a été incorporé en usine (gel de silicone). La gamme des différents volumes est donc fixée par le fabricant

Anesthésie

Il s’agit d’une anesthésie générale classique

Hospitalisation

Une hospitalisation d’une journée est habituellement suffisante. Il faut rester à jeun depuis la veille à minuit

Incision cutanée

L’implant est introduit par une courte incision située :

  • soit sur l’aréole,
  • soit dans la région de l’aisselle,
  • soit dans le pli sous mammaire.

Position de l’implant

La loge qui est aménagée par décollement et dans laquelle la prothèse est implantée est située :

  • soit derrière la glande mammaire et devant le muscle grand pectoral,
  • soit derrière la glande et derrière le muscle grand pectoral,

En cas de ptose mammaire

Seins tombants, aréole basse. Il est souhaitable d’associer un geste de réduction de l’enveloppe cutanée ce qui implique une rançon cicatricielle plus importante (péri aréolaire, verticale).
En fin d’intervention, un pansement modelant, avec des bandes élastiques en forme de soutien-gorge, est confectionné.
En fonction du chirurgien et de la nécessité éventuelle d’un geste complémentaire associé, l’intervention peut durer de 1 à 2 heures.

Résultat d’augmentation du volume des seins

Il peut être apprécié à partir du troisième mois, délai nécessaire à l’assouplissement des seins et à la stabilisation des prothèses. Au-delà de l’amélioration esthétique, le retentissement psychologique est le plus souvent bénéfique

Suites Opératoires

Les suites opératoires peuvent être douloureuses les premiers jours, notamment lorsque l’implant est placé derrière le muscle grand pectoral.
On a alors recours à un traitement antalgique pendant quelques jours. Dans le meilleur des cas, la patiente ressentira une forte sensation de tension.
Œdème (gonflement) et ecchymoses (bleus) des seins, gêne à l’élévation des bras sont fréquents au début. Le premier pansement est retiré au bout de 24 heures et remplacé par un soutien-gorge assurant une bonne contention.

Le port de ce soutien-gorge est conseillé pendant environ un mois, nuit et jour. Les fils de suture sont résorbables,et se dissolvent entre le huitième et le quinzième jour post-opératoire.
Il convient d’envisager une convalescence et un arrêt de travail d’une durée de 8 à 10 jours.
On conseille d’attendre un à deux mois pour reprendre une activité sportive

Imperfections possibles

Il est possible que la cicatrice ait une évolution anormale, sous forme d’épaississement ou de rétraction. Des douleurs des seins, des troubles de la sensibilité mamelonnaire sont également possibles. D’autre part, une insatisfaction du résultat esthétique peut motiver une retouche après avis du chirurgien.

Durée de l’implant

Une prothèse remplie de gel de silicone a une durée de vie incertaine que l’on ne peut estimer précisément a priori puisqu’elle dépend de l’éventuelle survenue de complication. Ainsi, la durée de vie de l’implant ne peut être garantie. Une femme porteuse d’implants est exposée au risque d’avoir recours à une intervention complémentaire de remplacement pour que l’effet bénéfique soit maintenu. Cependant, il faut savoir qu’a priori un implant de qualité n’a pas une durée de vie théoriquement limitée : il n’y a pas d’échéance au-delà de laquelle le changement d’implant est obligatoire. Ainsi, en l’absence d’usure ou de complication, l’implant peut être conservé aussi longtemps que la patiente le désire

Complications envisageables

Les suites opératoires sont en général simples suite à une augmentation mammaire par prothèses. Toutefois, des complications peuvent survenir, certaines inhérentes à l’ensemble des interventions de chirurgie mammaire, d’autres liées à la mise en place d’un corps étranger dans le sein : les risques spécifiques aux implants mammaires.

Les complications inhérente à l’ensemble des interventions de chirurgie mammaire:

  • La survenue d’une infection nécessite un traitement antibiotique et parfois un drainage chirurgical.
  • Un hématome peut nécessiter un geste d’évacuation.
  • Des altérations de la sensibilité, notamment mamelonnaire, peuvent être observées, mais la sensibilité normale réapparaît le plus souvent dans un délai de 6 à 18 mois.
  • Surtout l’évolution des cicatrices peut être défavorable avec la survenue de cicatrices hypertrophiques voire chéloïdes, d’apparition et d’évolution imprévisibles, qui peuvent compromettre l’aspect esthétique du résultat et requièrent des traitements locaux spécifiques souvent longs.

Les risques spécifiques aux implants mammaires . Formation de plis ou aspect de “vagues”
L’implant, pour rester souple, n’est jamais rempli sous tension. De ce fait, les plis de l’enveloppe de la prothèse peuvent être visibles sous la peau , donnant alors un aspect de ” vagues ” notamment dans les parties supérieure, externe et inférieure du sein. Cet aspect est limité dans la partie supérieure en cas de mise en place en position rétro-musculaire.
Contracture capsulaire et coque fibreuse
La formation d’une capsule fibreuse autour d’un implant est obligatoire. C’est une réaction normale de l’organisme qui forme une sorte de membrane fibreuse autour de tout corps étranger afin de l’isoler et de se protéger (“membrane ou capsule d’exclusion”). Dans certains cas, cette membrane est le siège d’une évolution défavorable comparable aux chéloïdes des cicatrices cutanées : elle s’épaissit, se rétracte et forme une véritable coque fibreuse autour de l’implant. Il s’agit de la contracture capsulaire. La coque n’augmente pas le risque de rupture mais expose à une complication d’ordre esthétique. Une intervention chirurgicale peut corriger cette contracture par section de la capsule (capsulotomie).